Calabaria reinhardtii (Python de calabre) Agrandir

Calabaria reinhardtii (Python de calabar)

Nouveau

Spécimen né en 2018 disponible à la vente.

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

  • Puce 20,00 €

324,17 €

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue

Livraison animaux et matériel sécurisé

Livraison en 24h/48h

Site et paiement sécurisé

Satisfait ou remboursé 14 jours

Nom commun :« Python » de Calabar

Nom scientifique : Calabaria reinhardtii (Schlegel, 1848)

Étymologie : Gray en 1858 donne le nom de genre Calabariaen référence à la ville de Calabar au Nigeria où les premiers spécimens de référence furent prélevés.  

Le nom de l’espèce est dédiée à l’herpétologiste danois Johannes Theodor Reinhardt (1816-1882)

Taille adulte /poids : En moyenne entre 80cm et 95cm, 1 mètre maximum. Poids en moyenne 350 

Longévité : Aucune donnée dans le milieu naturel, probablement plus de 20 ans

Mode de reproduction : Ovipare (qui pond des œufs), de 2 à 5 en moyenne, 9 au maximum, ils sont en revanche très gros

Distribution :

On trouve ce serpent constricteur en Afrique de l’ouest et centrale.  Il est présent au Benin, Cameroun, République de centre Afrique, Congo, Côte d’Ivoire, Guinée Équatoriale, Gabon, Guinée, Liberia, Nigeria, Sierra Leone. Les spécimens que l’on trouve en captivité sont souvent originaires du Ghana ou du Togo. 

Habitat et mœurs :

On connait peu de chose sur l’écologie de ce serpent nocturne et crépusculaire extrêmement discret. Il est particulièrement actif de début septembre à fin mars.           On le trouve uniquement dans les zones de forêts humides. On peut aussi le trouver dans les zones agricoles abandonnées. C’est un python fouisseur qui vie principalement dans les terriers, sous la litière de feuilles du sol forestier. Il utilise les terriers d’autres animaux comme les rongeurs, dont il chasse principalement les juvéniles. Il est le spécialiste pour effectuer des raides dans les nids sous terrain des rongeurs afin de dévorer leur progéniture. Il est d’ailleurs capable de tuer par constriction ou écrasement plusieurs proies en même temps. 

Particularités :

Ce serpent africain est surement le plus singulier de tous. Il a de nombreuses particularités physiques et comportementales. La forme de sa queue est identique à la forme de sa tête. Ceci est expliqué par sa technique de défense. S’il est attaqué, le python de Calabar va se mettre en boule et bouger le bout de sa queue comme si c’était sa tête afin de tromper le prédateur. Il ne mord jamais pour se défendre, même pendant les manipulations. La peau du python de Calabar est comme une armure. Elle est 15 fois plus épaisse qu’un serpent de même taille et son écaillure est très serrée. La structure profonde du derme est croisée comme celle de la peau des Rhinocéros. Les scientifiques pensent que c’est une adaptation à son mode de chasse, pour se protéger des morsures des rongeurs adultes qui protègent leur progéniture en mordant vigoureusement le serpent. Contrairement aux autres boïdés, il ne possède pas de rangées de dents palatine. Il ne possède pas non plus de fossettes thermosensibles. 

Régime alimentaire : 

Rongeurs (particulièrement les jeunes) à plus de 80% et parfois des œufs de lézard de la famille des Scincidae. 

Élevage en terrarium :

Un terrarium de 60x45x45cm bien ventilé sera suffisant pour cette espèce. Une bonne épaisseur de substrat type éclat de coco est nécessaire. Il aimera s’y enfouir. Il appréciera aussi une pulvérisation d’eau par semaine.  

Un bassin de taille adapté sera à disposition en permanence. L’eau doit être changée tous les jours pour inciter l’animal à aller boire, ce qu’il fait d’autant plus volontiers avec de l’eau fraiche. Comme tous les serpents tropicaux, il est sensible à la déshydratation. Rappelez-vous, de ce que nous disons dans nos vidéos : un serpent ne s’hydrate pas par la peau mais en buvant de l’eau en quantité. 

Une température ambiante de 27°C la journée et 23° à 25° au minimum la nuit est nécessaire pour cette espèce plutôt thermo-conformiste.                                          Vous pouvez utiliser une lampe chauffante ou un tapis chauffant sur thermostat pour augmenter la température si votre pièce est froide.                                            Attention de bien contrôler la température de surface du sol de votre terrarium. 

L’alimentation en captivité sera principalement de jeunes rongeurs, blanchons de souris. Vous pouvez simplement les déposer dans un petit pot en plastique.                  Le serpent viendra simplement se servir.  Rappeler vous que ce serpent très particulier se nourri principalement de jeunes rongeurs dans la nature donc de plusieurs petites proies plutôt qu’une grosse.  

 

Statut de protection : 

Calabaria reinhardtiiest en annexe II du règlement CITES et en annexe B du règlement européen. C’est un animal rare en captivité, selon les chiffres de la CITES en moyenne 1000 animaux par ans sont prélevés dans la nature depuis les années 1990.

 

L’avis Reptiligne : 

Pour ceux qui cherche un boïdé de petite taille totalement atypique ! 

C’est un serpent peu courant en captivité cependant il s’adapte très bien à la vie en terrarium et reste facile à élever. Il peut convenir à un terrariophile débutant comme à un confirmé. 

Les reproductions en captivité sont rares, la première reproduction de cette espèce a eu lieu en 1998. Il est donc important d’acquérir ces animaux dans le but de les reproduire. 

 

Pensez à notre nature et notre écosystème, aucun animal acheté sur ce site ne doit être relâché dans le milieu naturel ou sur la voie publique.

 

Ce texte est protégé par des droits d’auteur. Toute reproduction, même partielle, est interdite. 

Avis

  •   
    Paiement sécurisé
  •   
    Paiement en 3X sans Frais
  •   
    Livraison 24/48H
  •   
    Echange en magasin
  •   
    Satisfait ou remboursé
Accepter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus personnalisés et réaliser des statistiques de visites.