Morelia spilota variegata (GRAY 1842)

Morelia spilota variegata (GRAY 1842)

Il y a 4 produits.

Nom vernaculaire :

Python-tapis du Nord  

Nom scientifique :

Morelia spilota variegata Gray, 1842

Répartition

Cette sous-espèce vit au nord de l’Australie (de l’extrême nord de l’Australie occidentale, dans la région de Kimberley, à travers le Territoire du Nord jusqu’à une petite zone contiguë du Queensland) et au sud-est de la Nouvelle-Guinée ...

Nom vernaculaire :

Python-tapis du Nord  

Nom scientifique :

Morelia spilota variegata Gray, 1842

Répartition

Cette sous-espèce vit au nord de l’Australie (de l’extrême nord de l’Australie occidentale, dans la région de Kimberley, à travers le Territoire du Nord jusqu’à une petite zone contiguë du Queensland) et au sud-est de la Nouvelle-Guinée Occidentale (Indonésie). Cette dernière était appelée Irian Jaya jusqu’en 2000, pour cette raison les individus qui proviennent de cette région sont désignés, dans le milieu de la terrariophilie, Morelia spilota variegata "Irian Jaya".  

Habitat et mœurs

Morelia spilota variegata privilégie les zones fortement boisées. Comme les autres pythons tapis, il a une forte prédisposition arboricole et est habituellement observé sur les arbres. Il est le plus souvent associé aux forêts tropicales humides et à la proximité avec les cours d’eau mais il fréquente aussi les zones rocailleuses couvertes de végétation, les savanes boisées ou les zones rurales et péri-urbaines. Considéré comme principalement nocturne, on peut également le rencontrer la journée se chauffant au soleil sur un rocher ou sur un arbre desséché.  

Particularités 

Cette sous-espèce de Morelia spilota mesure, en moyenne, 1,5 à 1,8 m, le maximum étant 2 m environ. Les corps est compressé latéralement tandis que la queue est arrondie ; la tête large et massive est bien démarquée du cou, assez fin. La langue et l’intérieur de la bouche sont bleu très foncé. Les fossettes thermosensibles au milieu des écailles sont nombreuses et bien visibles, placées en avant des lèvres supérieures et en arrières des lèvres inférieures. Les yeux ont la pupille verticale. La livrée de ce python montre une pigmentation de fond brun-chocolat à marron-rougeâtre sur laquelle s’incrustent de nombreuses taches, ocelles ou bandes claires plus ou moins irrégulières, beige, beige-orangé, brun-jaunâtre ou gris pâle, dont les bordures en zigzag sont noires. Ces motifs peuvent être disposés transversalement sur le dos et de manière plus aléatoire sur la tête et le cou ; ils peuvent aussi fusionner sur les côtés pour former des traits longitudinaux épais. Sa livrée est dite disruptive, c’est-à-dire qu’elle rend les contours de l’animal difficiles à distinguer dans son environnement. Ceci est un avantage adaptatif envers les proies et les prédateurs car il permet au python de se confondre facilement avec le substrat.  

Maintenance

Ce python terrestre et arboricole a besoin de place aussi bien en hauteur qu’en surface au sol. Un terrarium mesurant 100 x 60 x 80 cm pourra suffire pour un individu adulte. Des branches solides sont disposées de manière à permettre aux animaux de s’y réfugier si besoin. Le feuillage artificiel leur fournit un écran utile pour se dissimuler. Le chauffage s’effectue soit en radiant soit par le sol. Un bac d’eau de bonne taille est présent en permanence et aide à maintenir une l’hygrométrie autour de 70-705; une pulvérisation de temps en temps peut aussi être envisagée. De bonnes aérations sont importantes pour favoriser la circulation de l’air. Plusieurs cachettes sont disposées en zones chaudes et fraîches. L’éclairage dans le terrarium n’est pas indispensable si le cycle jour/nuit est assuré par la lumière du jour. Température au point chaud : 32°C le jour et 28°C la nuit ; température au point frais : 26°C le jour et 24°C la nuit. C’est une espèce réputée robuste et peu exigeante si les conditions climatiques lui conviennent.  

Alimentation

En milieu naturel ce grand prédateur constricteur consomme surtout des mammifères, des oiseaux, des grenouilles et des lézards. En captivité, il accepte sans difficulté les rongeurs qui lui sont présentés mais aussi les lapins et les poussins.  

Protection

Cette sous-espèce est classée en annexe II de la Convention de Washington (CITES) et en annexe B du règlement européen (UE).

Réduire
Détails
Afficher 1 à 4 produits sur 4
  •   
    Paiement sécurisé
  •   
    Paiement en 3X sans Frais
  •   
    Livraison 24/48H
  •   
    Echange en magasin
  •   
    Satisfait ou remboursé
Accepter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus personnalisés et réaliser des statistiques de visites.