Coelognathus radiatus (BOIE, 1827) (Anc. Elaphe radiata)

Il y a 3 produits.

Fiche d'élevage

Nom vernaculaire :

Serpent ratier à tête cuivrée

Nom scientifique :

Coelognathus radiatus (Boie, 1827) anciennement Elaphe radiata

Répartition

 : L’aire de répartition de cette couleuvre occupe un vaste territoire du sud-est asiatique qui s’étend de l’Inde et de la Chine méridionale au nord jusqu’à Sumatra, Java et Kalimantan (Bo...

Fiche d'élevage

Nom vernaculaire :

Serpent ratier à tête cuivrée

Nom scientifique :

Coelognathus radiatus (Boie, 1827) anciennement Elaphe radiata

Répartition

 : L’aire de répartition de cette couleuvre occupe un vaste territoire du sud-est asiatique qui s’étend de l’Inde et de la Chine méridionale au nord jusqu’à Sumatra, Java et Kalimantan (Bornéo) au sud. En altitude, on peut la trouver jusqu’à 1500 mètres. Les pays concernés (entièrement ou en partie) sont : Chine, Népal, Inde, Bangladesh, Birmanie, Thaïlande, Laos, Viêt-Nam, Cambodge, Philippines, Malaisie orientale et péninsulaire, Indonésie.

Habitat et mœurs

Coelognathus radiatus est encore aujourd’hui assez répandu dans sa zone de distribution. On le rencontre notamment dans la lisière et les clairières des forêts humides et sèches, ainsi que dans les prairies, les plantations, les champs agricoles comme les rizières, les zone urbaines et suburbaine, en particulier les villages ruraux. Très adaptable, cette espèce prospère dans les milieux anthropisés où elle trouve une nourriture abondante à base de rongeurs. Espèce terrestre et semi-arboricole, le serpent ratier à tête cuivrée peut être aussi bien nocturne que diurne, tout en préférant la fraicheur du matin et du crépuscule.

Particularités

C’est une grande couleuvre qui peut atteindre une taille de 2,0 m (jusqu’à 2,3 m) avec une moyenne de 1,6 à 1,8 m. La tête est peu distincte du cou, le museau est arrondi, l’œil est grand avec la pupille ronde et noire. La pigmentation de fond est beige à roux à ocre avec deux (en général) bandes brunes à noires sur les flancs, plus nettes et visibles sur la moitié antérieure, très estompées voir inexistantes vers la queue. D’une manière générale, la bande supérieure est plus large et unie de celle inférieure, plus fine et hachée. Toujours sur les flancs on remarque des taches claires de plus en plus petites distalement. La tête est beige à orangeâtre (d’où son nom vernaculaire) caractérisée par trois lignes noires filiformes qui partent de l’œil « en rayons », une vers le bas, une oblique et une qui s’allonge postérieurement jusqu’à rejoindre le fin collier noir qui entoure le cou. Le ventre est blanchâtre à jaunâtre et devient gris-bleu dans sa partie postérieure.

Il s’agit d’un serpent très rapide, relativement farouche et nerveux. Quand il est menacé, il tente d’abord la fuite mais, s’il est acculé, il lève le premier tiers du corps dans la position caractéristique en S tout en aplatissant son corps latéralement et en ouvrant grand sa gueule. En dernier recours, il « fait le mort ».

Maintenance

Pour ce serpent actif et semi-arboricole le terrarium sera, pour un individu adulte, 60 x 60 x 90 cm au minimum. Des branches verticales et horizontales décorées avec des plantes en plastique permettront à l’animal de grimper et de se cacher entre les feuilles. Des cachettes sont nécessaires afin qu’il puisse se sentir en sécurité. Pour cette espèce l’hygrométrie devra être relativement élevée, autour de 70%. Un bac d’eau assez large pour qu’il puisse s’y baigner est donc indispensable ; il devra aussi être assez lourd pour ne pas être renversé par l’animal. Des vaporisations quotidiennes sont préconisées car cette espèce est particulièrement sujette à la déshydratation. Un tapis chauffant permettra d’atteindre, le jour, des températures de 28°C du côté chaud (au maximum) et de 23-25°C du côté frais. La nuit les températures descendront autour de 20-22°C. L’éclairage n’est pas indispensable si le cycle jour/nuit est assuré par la lumière du jour. Au contraire, une lumière trop forte peut déranger ce serpent et le rendre particulièrement nerveux. Une période de repos hivernale, avec une baisse des températures autour de 18-20°C, est préconisée par certains éleveurs pour stimuler la reproduction.

 

Alimentation

En milieu naturel le serpent ratier à tête cuivrée se nourrit de rongeurs (rats, souris, écureuils…), d’oiseaux, de lézards, de grenouilles, de chauves-souris... En captivité, il accepte sans difficulté les souris et les rats.

 

Protection

Cette espèce ne bénéficie d’aucune mesure de protection internationale.

Réduire
Détails
Afficher 1 à 3 produits sur 3
  •   
    Paiement sécurisé
  •   
    Paiement en 3X sans Frais
  •   
    Livraison 24/48H
  •   
    Echange en magasin
  •   
    Satisfait ou remboursé
Accepter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus personnalisés et réaliser des statistiques de visites.